Plantes magiques, librairie ésotérique
langage des fleurs, apprendre la magie

Librairie ésotérique
Pouvoirs et protections magiquesAfficher

 

Tulipe (Tulipa)

Plantes magiques > Tulipe en tant que plante magique

Tulipe

Résumé magique

  • Pouvoirs: prospérité, amour (attachement)

Genre: Féminin
Planète: Vénus
Élément: Terre
Pouvoirs: Gains matériels, amour-attachement.

Les Anciens, s'ils l'ont connue, n'en parlent pas. Plusieurs botanistes pensent que les « lis rouges » observés au Levant par le voyageur Pierre Bellon étaient des Tulipes. C'est possible, toutefois il faut attendre encore quelques années pour que ce nom soit mentionné pour la première fois, en 1554, par Busbecq, ambassadeur de Ferdinand 1er d'Allemagne (le frère de Charles Quint) auprès de Soliman le Magnifique. Busbecq dit avoir vu avec étonnement, au coeur de l'hiver, des sortes de narcisses, mais plus gros, que les Turcs appellent tulipam. C'est lui qui rapporta des oignons à Vienne où la mode semble avoir pris très rapidement ; en 1561, un pépiniériste d'Augsbourg nommé Fuggers en propose dans le commerce ; l'année suivante, un marchand d'Anvers reçoit de Constantinople une « pleine cargaison » de bulbes.

L'engouement gagna la France et l'Angleterre. Pour un bulbe appelé « Mère Brune », un gros meunier d'Alençon céda son moulin. Les nobles désargentés virent là une aubaine, et une variété, bien vite baptisée « Mariage de ma fille », servit à pourvoir en dot des demoiselles qui auraient probablement été laissées pour compte sans les précieux oignons.

Mais c'est en Hollande, au début du XVII e siècle, que la Tulipenwoede (tulipomanie) prit une allure de folie collective. Dans ce pays, en effet, les innocentes Tulipes furent à la base d'un énorme scandale financier, égal à ceux de la Compagnie du Mississippi (John Law, 1720) et de l'affaire du Panamá (1892-1893). Du fait de la montée en flèche des prix, tout Hollandais et son voisin « faisait de la Tulipe ». Au début tout le monde était gagnant; les prix montaient toujours. On commenca à emprunter, voire à hypothéquer ses biens, pour acheter des bulbes dans l'espoir de les revendre avec un substantiel bénéfice quelques mois ou quelques semaines plus tard. Dans les premiers temps, la spéculation était seulement en effervescence entre le mois de juin (où les bulbes sont sortis de terre)

et septembre-octobre (où on les remet en terre pour la floraison de printemps). Mais bien vite les tulipomanes découvrirent les frissons et les affres des achats et ventes « à. découvert ». Un marché à terme s'installa, parfaitement rodé, techniquement impeccable, avec ses systèmes de « report ». Rien n'y manquait, pas même les mécanismes des « options » et du « stellage ». On se mit à spéculer tout au long de l'année, achetant, vendant sur le papier des Tulipes que l'on ne voyait jamais, que l'on ne recevait pas et ne souhaitait pas recevoir. Le marché devint purement fictif. Il se négociait trois fois, cinq fois plus de bulbes qu'il n'en existait réellement sur le marché. Ajoutez à cela l'extrême facilité des fraudes, puisque rien de l'extérieur ne permet de distinguer un oignon d'un autre...

Le « Jour noir des Tulipes » arriva au début du printemps de 1637.

Effondrement brutal des cours. Ruée des vendeurs paniqués, qui ne trouvaient plus d'acheteurs en face d'eux. Pour essayer en vain de redonner confiance au public, un gros négociant de Leyde alla jusqu'à monter de toutes pièces une fausse séance de « bourse aux Tulipes », faisant monter des prix entièrement fictifs par ses employés et commis. Les Hollandais, hébétés, apprenaient chaque jour la ruine ou le suicide des personnalités les plus en vue. Le krach secoua la nation à un point tel que des délégations furent envoyées des principales villes hollandaises à Amsterdam pour assainir la situation et esquisser les bases d'une réglementation.

Tulipe en magie

Ce nom Tulipam, rapporté par l'ambassadeur d'Allemagne, vient lui-même de tolipend = turban en turc. Plusieurs contes turcs et persans établissent des rapports magiques entre un oignon de Tulipe et le couvre-chef national des Orientaux. Les différences que nous rencontrons en examinant cette plante bulbeuse si populaire ne sont pas celles qui existent entre monde latin et monde anglo-saxon, mais entre Orient et Occident. En Perse comme aux Indes, cette fleur semble représenter l'amour malheureux. Dans la Rose de Bakawali, conte hindoustani, en décrivant la magnifique fée de l'aurore Bakawali, on dit « que la Tulipe s'était plongée dans le sang à cause de la jalousie que lui inspiraient ses délicieuses lèvres vermeilles ». En quittant la fée, Taj-ulmuluk ajoute: « Je quitte ce jardin en emportant dans mon coeur, comme la Tulipe, la blessure de l'amour malheureux. Je m'en vais la tête couverte de poussière, le coeur saignant, la poitrine brûlée. »

Dans le Touti-Nâmeh (Livre du perroquet) persan, un conte montre une femme jalouse cachant un oignon de Tulipe dans les plis du turban de son époux ; celui-ci a en effet une maîtresse qui ne tarde pas à lui faire de violentes scènes et à le quitter.

Cette tradition ne semble pas avoir gagné l'Europe où la plante a partout une réputation « bénéfique ».

La curiosité naturelle qu'est la Tulipe à deux fleurs (phénomène assez rare qui peut se produire sur toutes les variétés) est l'équivalent du trèfle à quatre feuilles: un porte-bonheur de premier choix pour celui qui la trouve.

Autres plantes magiques

Apprendre la magie
  • Apprendre la magie
  • Amulette
  • Autohypnose
  • Beltane
  • Cercle magique
  • Charme
Plantes magiques
  • Abricotier
  • Absinthe
  • Acacia
  • Achillée mille-feuille
  • Aconit napel
  • Agalloche
Langage des fleurs
  • Absinthe
  • Achillée
  • Aconit
  • Adonide
  • Agératum
  • Althée